Les entraînements : Première nuit en mer

Les entraînements : Première nuit en mer

Avant de vous annoncer à tous le projet Vendée Globe, j’ai commencé à m’entraîner à bord de Théophile. Je ne pouvais pas vous raconter en live, alors voici un petit retour sur cette première nuit hors du commun.

 

J’avais oublié ce que l’on pouvait ressentir la nuit en mer. Ce petit truc qui fait que tu sais exactement en rentrant à terre ce qui est important. Ce qui t’a manqué. Ceux qui t’ont manqué.

Ce sentiment de clairvoyance absolue qui vient saisir ton esprit.

Théophile devient de plus en plus petit au fil des manœuvres, des envois de voiles, des affalées, des virements de bord… on s’apprivoise. On fait connaissance … Il a son caractère quand même … Un peu ronchon et discret au début mais je suis sûr qu’on va devenir vraiment copain !

Et que dire de ce soleil lorsqu’il décide de s’asseoir sur l’horizon pour rejoindre Morphée et aller se coucher.

Et vous m’auriez vu moi … Pierre ( mon boat captain qui m’accompagnait pour cette première nuit en « faux solo ») faisait la sieste et j’étais là, debout sur mon radeau de survie fixé à l’arrière, la tête dépassant de la casquette qui plus tard me protégera des embruns , filant dans la nuit naissante à 17 noeuds, sur une mer plate comme l’asphalte !

J’étais fier comme un enfant qui roule pour la première fois sans ses petites roues à l’arrière du vélo … tétanisé par la chute mais diablement excité de la liberté que cela symbolise !!

C’est parti pour l’aventure. Je viens de passer ma première nuit en mer à bord de Théophile.