Vendée Arctique : On fait le bilan

Vendée Arctique : On fait le bilan

J’avais activé le mode  « silence radio » depuis l’arrivée de la Vendée Arctique 🥶  je crois que j’avais besoin de prendre un peu de distance pour revenir en pleine forme ! 😅

Voilà quelques jours que je suis de retour sur la terre ferme, et je commence à prendre du recul sur cette course un peu folle et vous en propose un petit condensé (pour les flemmards de la lecture, vous pouvez vous spoiler en regardant directement la vidéo récap de la course)

Pour ceux qui auraient raté un épisode, la course devait nous emmener faire le tour de l’Islande. Une grande première pour des bateaux de courses. Mais un gros coup de vent a obligé la direction de course à neutraliser les concurrents, puis à décréter la ligne d’arrivée le long des côtes islandaises après environ 1 semaine de navigation.

VIVE LES PIOU-PIOU 👶🏻

Je suis toujours aussi émerveillé de me retrouver sur les pontons aux côtés d’immenses champions de la course au large et j’avoue qu’à chaque départ, je me demande qui est le skipper du joli bateau bleu et blanc aux couleurs de Monnoyeur-Duo for a Job jusqu’à ce qu’on me dise : « Allez Pépin, il faut y aller là ». Et j’ai soudain cette petite boule au ventre d’excitation et d’appréhension qui s’installe jusqu’au « GONG » du signal de départ de la course ! 🛎 J’adore ce moment où j’entends à la VHF : « Bon départ – Bon départ – Bonne course à tous » ! Je sens cette immense chape de plomb disparaître de mes épaules et je me sens d’un seul coup hyper léger, heureux d’être seul sur mon grand bateau !

 

UNE TEAM DE FOLIE !! 💪

Je vais vous épargner le pompeux « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin » 😂 mais je réalise vraiment à quel point c’est précieux d’avoir tout autour de moi une équipe aussi compétente, bienveillante et rassurante ! Moi qui suis assez stressé lors des départs de course, ils m’enlèvent une énorme charge mentale et surtout j’ai une confiance infinie dans leur travail. Je sens mon bateau fiable et je vous assure que cela fait vraiment la différence de naviguer sur un bateau aussi complexe avec une telle sérénité – car je me rends bien compte que quand ça part en cacahuète sur ce genre d’engins, ça peut vite être la cata 🙊 !

 

« UNE MANŒUVRE RÉUSSIE EST UNE MANŒUVRE SANS SOUCIS » Le roi Jean ⛵️

Lors de ma 1ère course en solo, j’avais eu un gros problème de spi la première nuit qui m’avait un peu traumatisé. Du coup, j’avais les jambes qui flageolaient à l’envoi du spi cette fois ci mais tout s’est bien déroulé et j’ai enfin réussi à « envoyer le pépin » et à retrouver confiance en cette voile, même si elle me fait encore un peu peur ! 😂 .

 

PLUS ON EST HEUREUX, PLUS ON VA VITE !

Se retrouver en tête d’une flotte d’Imoca pendant 48h était une expérience assez folle. Qui l’eut cru ? Sûrement pas moi ! Je ne m’y trompe pas, c’est surtout un coup météo qui m’a permis de prendre de l’avance sur mes petits camarades de jeu ! Il y avait cette fameuse dorsale ( zone sans vent propre à un anticyclone) qu’il fallait réussir à traverser en faisant le moins de route possible. J’ai réussi à m’en extirper sans m’arrêter et donc à toucher du vent frais avant les autres … Le coach ( Tanguy) m’avait prévenu qu’il y avait un coup à jouer à ce moment là ! Et surtout j’ai pris beaucoup de plaisir à essayer de résoudre cet escape game géant 🙃 !

Je retrouve petit à petit les sensations que j’avais découvert en Mini. Je ne barre quasiment jamais sur ce gros bateau mais je passe encore beaucoup de temps à l’extérieur, casquette décapotée, à essayer de régler mes voiles, à sentir le bateau, à observer les nuages ! C’était l’un de mes objectifs : réussir à naviguer comme en mini, sans regarder ce que faisaient les autres concurrents, sans me laisser happer par la technologie du bord et m’en servir sans en devenir esclave : ✅ !

 

L’ARRIVÉE EN ISLANDE : SURREALISTE 🇮🇸

Ça restera un de mes meilleurs souvenirs de marin ! Voir le ciel se dégager, les glaciers islandais apparaitre dans la brume, accompagné de centaines d’oiseaux et de globicéphales ( j’ai réussi à le caler celui la😛) – je me sentais l’âme d’un explorateur qui venait de découvrir une nouvelle terre ! J’étais comme un enfant qui joue aux légos et se téléporte dans un monde imaginaire ! ( un monde sans nuit d’ailleurs – je m’en suis rendu compte en m’apercevant que ça faisait 3 jours que je n’avais pas rechargé ma lampe frontale 😂)

 

« Il RESTE ENCORE UN LONG CHEMIN À PARCOURIR » 🏔 MULAN

Si l’on m’avait demandé d’écrire mon scénario ideal pour débuter mon projet IMOCA, je n’aurais pas eu l’impétuosité d’écrire une si belle histoire ! Au final, je termine 4e de cette course folle, 1er bizuth, 1er bateau à dérive …. ✌️ Je savoure sans limites bien sûr mais pour autant, je vous promets que mes chevilles rentrent encore dans les croc’s jaunes et que je mesure totalement le boulot qu’il reste à fournir pour être prêt pour le Vendée Globe dans 2 ans ! Je me sens bien sur « Théophile » et j’ai vraiment envie de le connaître par cœur, de ne faire qu’un avec lui – c’est ça qui me rend le plus heureux en mer je crois. 🤗 !

Alors je retourne au boulot 😎 ! Et j’en profite pour vous dire un grand merci pour tous vos messages, votre soutien et vos photos ou vidéos qui me font bien marrer 🤓 ! Un énorme big up aux sponsors également qui ont parié sur un petit Piou Piou qui fait de son mieux pour être à la hauteur de leur confiance !